Une magnifique et magique épopée prend fin pour le F.C. Béroche-Gorgier en Coupe de Suisse. Les hommes de Florian se sont battus jusqu’au bout et ont offerts des sensations exceptionnelles à toute une région ! Merci à vous les gars !!!

Coupe de Suisse: une punition trop sévère pour Béroche-Gorgier

Dylan Charles (en rouge, de Béroche-Gorgier) semble devancer Tristan Chavanne, de Bavois. Mais au final, les Neuchâtelois n’auront pas pesé lourd face aux Vaudois, qui accèdent ainsi aux quarts de finale de la Coupe de Suisse.
Dylan Charles (en rouge, de Béroche-Gorgier) semble devancer Tristan Chavanne, de Bavois. Mais au final, les Neuchâtelois n’auront pas pesé lourd face aux Vaudois, qui accèdent ainsi aux quarts de finale de la Coupe de Suisse.DAVID MARCHON

PAR QUENTIN FALLET – Arcinfo (30.10.2019)

FOOTBALL Le splendide parcours en Coupe de Suisse des Neuchâtelois du FC Béroche-Gorgier, qui évoluent en deuxième ligue, a pris fin mardi soir à Saint-Aubin. En huitièmes de finale, les Vaudois de Bavois se sont imposés sans discussion.

Le fantastique parcours du FC Béroche-Gorgier dans la Coupe de Suisse 2019-2020 a pris fin mardi soir. Les ‘rouge et blanc’ ont perdu 7-1 contre Bavois en 8es de finale, devant 1100 spectateurs au Bord du Lac. Pour espérer passer un tour supplémentaire, les hommes de Florian Simonin savaient qu’il serait primordial de ne pas encaisser de but durant le premier quart d’heure de jeu. Las pour eux, les Nord-Vaudois ont ouvert le score dès la 3e par Aziz Demiri, sur le premier corner du match, contraignant les Bérochaux à se découvrir et à laisser de gros espaces en défense. Des espaces qui se sont transformés en gouffres contre une formation de Promotion League.

La carte de l’offensive

«Le score est sévère, trop large. Nous leur avons laissé des espaces en début de match, nous courions dans le vide et ils en ont profité, avec leur vitesse. Alvarez nous a fait très mal», analysait Gian Tortella, entraîneur-adjoint de Béroche-Gorgier, après le match. Plutôt que de rester recroquevillés devant leur cage, les locaux ont joué la carte de l’offensive.

Mais, malgré les percées de Kevin Jacot sur son flanc gauche ou ce sauvetage in extremis de la défense nord-vaudoise dans sa surface de réparation devant Christian Medugno, les ‘rouge et blanc’ ne sont pas parvenus à relancer le suspense.

Menés 4-0 à l’heure du thé, les locaux n’avaient plus grand-chose à espérer au retour des vestiaires et ont continué de produire du jeu pour aller chercher ce fameux goal dit de l’honneur. «Nous avons mieux joué en deuxième mi-temps. De ce match, je retiendrai surtout l’engouement général, ce fantastique public et le but que nous avons marqué», reprenait Gian Tortella. «Nous avons vu la différence entre la deuxième ligue et la Promotion League. Il n’y avait plus d’effet de surprise. Bavois a joué exactement comme nous l’avions analysé. Le premier but nous a coupé les jambes, même si nous avons connu des temps forts par la suite», expliquait Florian Simonin, l’entraîneur de Béroche-Gorgier.

La double parade du gardien bérochal Kris Abatantuono sur un penalty d’Adrian Alvarez et le but marqué par Brad Mpanzu de la tête en fin de match sur un coup franc de Kevin Burgat ont représenté de belles récompenses pour le club de Saint-Aubin et son public.

Ambiance exceptionnelle

«L’ambiance était exceptionnelle. Je ne peux que dire merci au club pour tout ce qu’il a fait et merci à mes joueurs d’être parvenus à faire venir plus de 1000 personnes au Bord du Lac», lançait Florian Simonin.

Le latéral droit Fabio Carsana se montrait «ultra-déçu. Nous pouvions nous attendre à perdre ce match, mais ce n’est pas le score que j’aurais souhaité pour tous les gens qui sont venus. En début de rencontre nous étions trop larges au marquage, Bavois allait plus vite». Florian Simonin se montrait satisfait du fait que ses hommes aient «montré la mentalité du FC Béroche-Gorgier, par ce que nous avons proposé dans le jeu».

Désormais éliminés de la Coupe de Suisse et de la Coupe neuchâteloise, les Bérochaux ont vécu une soirée inoubliable mais ils devront parvenir à se remobiliser rapidement pour rester en course en championnat. Samedi contre Audax-Friul (17h30), l’atmosphère sera beaucoup moins festive au Bord du Lac.

BÉROCHE-GORGIER – BAVOIS 1-7 (0-4)

Saint-Aubin, Bord du Lac: 1100 spectateurs.

Arbitre: Horisberger.

Buts: 3e Demiri 0-1. 20e Begzadic 0-2. 34e Begzadic 0-3. 36e Alvarez 0-4. 58e Savic 0-5. 60e Gauthier 0-6. 87e Boillat 0-7. 89e Mpanzu 1-7.

Béroche-Gorgier: Abatantuono; Carsana (52e Salvi), Faga, Eichenberger, Gardet; Sorrenti; Mpanzu, C. Medugno (63e K. Burgat); Y. Burgat, Charles, Jacot (70e Fonseca).

Bavois: Enrico; Kurtic, Chavanne, Bühler, Dangubic (61e Cuénoud); Boillat, Beynié; Demiri (46e Savic); Alvarez, Gauthier, Begzadic (63e Pimenta).

Notes: Béroche-Gorgier joue sans F. Medugno (convalescent), Peiris, Ferreira, Coletta ni Ferrier (pas convoqués). Bavois joue sans Zali (blessé) ni Lo Vacco (convalescent). Le coup d’envoi est donné par Noemi Di Dio, Miss Neuchâtel – Fête des vendanges 2019. Avertissements: 13e Faga (retenir le maillot), 81e Sorrenti (jeu dur) et 86e Mpanzu (jeu dur). 56e: Tir de Savic sur la barre transversale. 66e: Abatantuono repousse un penalty d’Alvarez. 84e: Sorrenti sort sur blessure, Béroche-Gorgier temine le match à dix contre onze. Coups de coin: 6-2 (4-1).

AMBIANCE

Le public du Bord du Lac a besoin d’une étincelle pour s’enflammer. Cette dernière était venue au tour précédent d’un but de Samuel Faga annulé. Mardi soir, c’est l’ouverture du score de Demiri qui a véritablement lancé le match dans les gradins. Malgré un manque de suspense prématuré, le public bérochal a ensuite poussé ses joueurs sur chacune de leurs offensives.